Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par frère jacques

Une méditation de Frère Jacques 

 

Lecture : Evangile de St Luc 2.21-40

*************************************************************

Notre lecture de l’Evangile de St Luc 2.21-40 attire toute notre regard sur ces us et coutumes en vigueur.

V 22-27 C’est par obéissance à la loi de Moïse, que Joseph et Marie se rendent au temple de Jérusalem

 

- pour présenter leur enfant à Dieu.

- pour consacrer leur fils premier-né

- pour offrir le sacrifice prescrit

- pour accomplir à son égard ce qu’ordonnait la loiv27

 

quand tout est accompli selon  les ordonnances de la loi de Moïse; alors ils retournèrent à Nazareth, une bourgade méprisée d’où l’ont dira plus tard qu’il ne peut rien venir de bon de ce village.

Et pourtant, c’est bien dans ce lieu méprisé que s’est faite l’annonce de l’arrivé d’un Sauveur. (Jean 1.46)

En offrant à Dieu leur fils premier-né, Joseph et Marie permettent à Dieu d’en faire plus tard l’Agneau qui va ôté le péché du monde, selon cette merveilleuse déclaration de Jean le Baptiste dans le désert de Judée, sur l’une des rives du Jourdain.

 

Frères et sœurs, je voudrais attirer, ici toute votre attention pour vous dire que ce que nous offrons à Dieu peut devenir entre ses mains une source de joie et de salut pour d’autres.

 

Dans cette cérémonie de présentation du nouveau-né au Temple de Jérusalem Jésus n’est pas seulement le premier-né du couple Joseph et Marie. Il est aussi celui du Dieu, Père éternel qui nous a donné son le Fils unique pour nous sauver, et pour qu’il soit le premier né d’une humanité restaurée, celle d’une race nouvelle qui commence avec lui.

Si l’Evangéliste Luc dans le livre des Actes des Apôtres qu’il envoie à Théophile parle « de race de Dieu (Actes 17:26-31) l’apôtre Jean, lui, évoque la notion d’enfant de Dieu, de famille de Dieu. Il parle aussi de la venue de la véritable lumière qui en venant dans le monde, éclaire tout homme.

A tous ceux qui accueillent cette lumière, Dieu leur donne le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu. » (Jean 1:9-14)

Jésus dans 3 Evangiles, il nous est rapporté que Jésus parle lui aussi de « race »

D’une race incrédule et perverse à qui il dit : « Jusques à quand serai-je avec vous et vous supporterai-je ? » (Matthieu 17.17 - Marc 9.19 -Luc 9.41) Cette race appartient à celui qu’il désigne comme la vipère, le père du mensonge et du crime. Une race qui n’échappera pas au feu de la géhenne. (Matthieu 23.33)

Après ces quelques observations, revenons au Temple de Jérusalem pour nous arrêter quelques instants en présence du vieux Siméon.

 

Juste et Pieux

Deux mots pour dire avec beaucoup de simplicité, que cet homme est un juste. C’est-à-dire qu’il a une vie qui fait référence à la loi de Moïse. Siméon est donc un croyant qui a une vie conforme aux enseignements de la loi de Moïse.

Le qualificatif Pieux nous fait découvrir que sa vie est aussi en relation avec Dieu.

Ce qui m’a frappé, dans notre lecture de l’Evangile, c’est que Siméon ne vit pas dans l’attente du règne de Dieu, mais bien l’attente de la Consolation d’Israël.

Les Rabbins donnent au Messie le titre de Menachem ce qui signifie le Consolateur.

Le prophète Zacharie lui parle d’un esprit de grâce et de supplication. Voici les paroles qu’il prophétisaient : « Alors je répandrai sur la maison de David et sur les habitants de Jérusalem un esprit de grâce et de supplication, et ils tourneront les regards vers moi, celui qu‘ils ont percé. Ils pleureront sur lui comme on pleure sur un fils unique, ils pleureront amèrement sur lui comme on pleure sur un premier-né. (Zacharie 12:10)

Siméon n’est pas seulement juste et pieux, mais un homme qui vit dans la souffle de l’Esprit-Saint. Le Saint Esprit reposait sur lui.

L’Evangéliste nous le fait bien sentir lorsqu’il dit que Siméon poussé par l’Esprit Saint à venir au Temple.

Joseph et Marie marchent, eux aussi vers le Temple. Ils sont conduits par l’Esprit d’obéissance aux lois de Moïse. Ils arrivent au Temple de Jérusalem pour accomplir les prescriptions de la Loi qui dit :

1) que Tout garçon premier-né sera consacré au Seigneur.

2) Offrir en sacrifice un couple de tourterelles ou deux jeunes colombes.

Quelle belle et merveilleuse rencontre entre le vieux Siméon et ce couple qui vient présenter leur enfant à Dieu et obéir à ses ordonnances.

L’Evangéliste Luc nous montre une belle image de cette rencontre.

Siméon tient dans ses bras Jésus et rend grâce à Dieu pour ce qui est en trainde s’accomplir sous ses yeux. « Maintenant, dit-il, Seigneur, (Souverain Maître dans d’autres traductions) tu laisses ton serviteur s’en aller en paix. »

 

Le temps...

Le "Maintenant" : ce petit mot semble évoquer que l’attente de Siméon a été longue.

Lorsqu’on attend quelqu’un, lorsqu’on attend du secours, on trouve toujours le temps long, trop long n’est-ce pas. Dans la vie chrétienne, face à toutes les promesses que nous trouvons dans la bible, nous devons bien constater que Dieu met parfois beaucoup de temps à nous répondre. C’est que le temps de Dieu n’est pas le nôtre. On dit souvent que Dieu à bien le temps, mais qu’il n’est jamais en retard.

Dans le livre de l’Ecclésiaste il nous est dit, il y a un temps pour toutes choses. Et nous connaissons bien le dicton qui dit chaque chose en son temps.

Dans les Evangiles, comme dans les Epitres résonne souvent cette notion de temps.

Exemple : quand les temps furent accomplis, Dieu a envoyé son fils (Galates 4:4)

L’heure c’est l’heure, avant l’heure, ce n’est pas l’heure et après l’heure, ce n’est plus l’heure n’est-ce pas !

Pour que Dieu intervienne dans l’histoire ou la vie des êtres humains, il faut que toutes les conditions soient réunies. Dieu n’agit qu’au moment propice.

Le moment de la venue de Jésus sur cette terre a été choisi par Dieu, annoncé par les prophètes et quand les temps furent accompli, Jésus est venu naître sur terre.

**

Ephésiens 1:9-13L’Apôtre Paul écrit aux Chrétiens d’Ephèse : Dieu nous a fait connaître le mystère de sa volonté, selon le bienveillant dessein qu’il avait formé en lui-même pour le mettre à exécution lorsque les temps seraient accomplis, de réunir toutes choses en Christ, celles qui sont dans les cieux et celles qui sont sur la terre….

Et le verset 12 mentionne le but que Dieu poursuit : afin que nous servions à la louange de sa gloire, nous qui d’avance avons espéré en Christ.

13 En lui vous aussi, après avoir entendu la parole de la vérité, l’Evangile de votre salut, en lui vous avez cru et vous avez été scellés du Saint-Esprit qui avait été promis,

Siméon croyait aux prophéties qui annonçaient la venue du Messie, il croyait à la Parole qui lui avait été donné au sujet du moment de sa mort.

La Bible lorsqu’elle évoque le temps, fait aussi référence à la notion d’heure.

**

Exemples : Jean 2:4 Aux noces de Cana - Jésus répond à sa mère : Femme, qu’y a-t-il entre moi et toi? Mon heure n’est pas encore venue.

**

Jean 7:30 Ils cherchaient donc à se saisir de lui, et personne ne mit la main sur lui, parce que son heure n’était pas encore venue.

**

Jean 8:20 Jésus dit ces paroles, enseignant dans le temple, au lieu où était le trésor; et personne ne le saisit, parce que son heure n’était pas encore venue.

**

Quand l’heure fut venue, Jésus se met à table avec ses disciples.

**

Luc 22:53 J’étais tous les jours avec vous dans le temple, et vous n’avez pas mis la main sur moi. Mais c’est ici votre heure, et la puissance des ténèbres.

**

Jean 5:25 En vérité, en vérité, je vous le dis, l’heure vient, et elle est déjà venue, où les morts entendront la voix du Fils de Dieu; et ceux qui l’auront entendue vivront.

**

Matthieu 24:36 Pour ce qui est du jour et de l’heure, personne ne le sait, ni les anges des cieux, ni le Fils, mais le Père seul.

**

Matthieu 24:44 C’est pourquoi, vous aussi, tenez-vous prêts, car le Fils de l’homme viendra à l’heure où vous n’y penserez pas.

**

Frères et sœurs, mes amis, cette année 2015 qui se pointe à l’horizon, il nous faudra sans cesse faire l’apprentissage du temps de Dieu.

Et dire que nous sommes si souvent impatient !

 

Retrouvons Siméon

Maintenant, le vieil homme au grand âge peut accepter d’être relevé de son poste de guetteur et c’est avec une paix intérieure profonde qu’il déclare : « Mes yeux on vu le salut préparé, la lumière qui éclaire les nations, la gloire d’Israël. »

Ce qui me frappe dans cette proclamation de Siméon, c’est que la lumière ne vient pas d’Israël, mais qu’elle se lève sur lui. Israël est appelé à être le lieu de la révélation.

L’enfant dans les bras de Siméon est un enfant de Lumière qui dira un jour à ces auditeurs : « Je suis la lumière du monde, celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres.

C’est un enfant qui vient faire rayonner Israël dans le monde. Jésus ne dit-il pas à la Samaritaine que le Salut vient des Juifs. (Jean 4:22)

L’Evangéliste Luc (Luc2.30) parle du salut préparé devant tous les peuples. Voilà qui nous pousse à dire que Dieu agit toujours en pleine lumière.

Après la prière et la bénédiction de l’enfant, Siméon bénit Joseph et Marie et il fait suivre cette bénédiction d’une série de révélations chocs.

 

Destin de l’enfant

Siméon révèle à Marie, en des mots terribles ce qu’est la destinée de son enfant : chute et relèvement et signe qui provoquera la contradiction.

Il ne fait aucun doute que Siméon puise ici aux sources de la prophétie d’Esaïe : (8:14-15) : « Il sera un sanctuaire, mais une pierre d’achoppement, un rocher de scandale pour les deux maisons d’Israël, un filet et un piège pour les habitants de Jérusalem.

Plusieurs trébucheront, ils tomberont et se briseront, ils seront enlacés et pris... »

Le Messie, l’envoyé à Israël, le salut des nations est donc un roc sur lequel viennent se heurter tous les rebelles pour les précipiter dans leur chute.

Mais pour tous ceux et celles qui prendront ce rocher pour fondement, ils découvriront que ce rocher est une pierre éprouvée, une pierre angulaire de grand prix, et solidement ancrée.

Accueillir Jésus, c’est accueillir le salut, c’est connaître le relèvement. C’est passer de la mort à la vie, c’est quitter la race des pécheurs pour devenir enfant de Dieu.

 

Le destin de Marie

Après avoir évoqué le destin de l’enfant, voici que Siméon évoque celui de Marie sa mère. « Une épée te transpercera l’âme. » Marie te voici appelée à vivre une douleur subite et violente. Elle sera comme un coup d’épée qui viendra toucher ton propre cœur.

Marie portera durant 33 ans cette grande question… Quel sera ce coup d’épée, et quand viendra-t-il ?

Pour nous, ce que dit Siméon, évoque le dur spectacle de la crucifixion.

Quant aux paroles : « ...afin que les pensées de beaucoup de cœurs soient dévoilées... » elles ne font pas référence à Marie, mais bien à la mission de Jésus.

Luc 12.2 « Il n’y a rien de caché qui ne doive être découvert, ni de secret qui ne doive être connu... »

Les Evangiles ne nous disent-ils pas très souvent : Jésus connaissait leurs pensées.

L’Epitre aux Hébreux nous décrit la Parole de Dieu comme vivante, efficace, tranchante comme une épée qui vient juger les désirs et les pensées du cœur humain. (Hébreux 4:12)

L’Apôtre Jean s’adressant à l’Eglise de Thyatire, lui rappelle que Jésus est celui qui discerne les pensées et les désirs des humains. » (Apocalypse (2:23)

 

Que retenir de notre méditation ?

D’abord de belles rencontres

- avec Siméon, un homme juste et pieux, accroché aux vérités des prophéties bibliques et qui se laisse conduire par l’Esprit Saint.

- avec une famille obéissante aux lois de Moïse et qui se laisse elle aussi conduire par l’Esprit de Dieu.

Saurons-nous l’Esprit de Dieu nous guider tout au long de l’année 2015 ? Vivre le temps et l’heure que Dieu crée pour que nous servions à sa gloire et à sa louange ?

Aujourd’hui, nous avons goûté à la joie de Siméon, qui tient dans ses bras un enfant-salut, consolateur, un enfant-lumière pour éclairer les nations, un enfant - pour la gloire d’Israël, un enfant qui provoque la contradiction, la chute et le relèvement.

Si l’année qui vient devait nous faire passer par la tristesse, laissons Dieu nous apporter Sa consolation.

 

Prions :

Seigneur nos destinées sont dans tes mains. (Psaume 31.16) Voici nos cœurs, voici nos vies, pour que par nous passe ta bénédiction.

Comme Anne, cette veuve de 84 ans qui vivait dans le temple de Jérusalem, nous voulons parler de toi à tous ceux et celles que nous rencontrerons. Que l’Esprit-Saint nous conduise, et souffle sur les voiles de notre cœur pour nous conduire à de belles rencontres. Amen.

Commenter cet article