Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par frère jacques

Frères et sœurs, je vous invite à entrer dans cette deuxième semaine de l'Avent. La première semaine se termine et nous cheminons au rythme du temps, dans la joie et l'attente d'une naissance.

Prenons la route de l'Evangile et un temps de prière.

 

 

Prière

Dieu notre Père, nous sommes heureux que tu sois, pour nous,  le Dieu qui tient ses promesses.

Nous nous réjouissons de ta Sainte présence, dans toute ta création.

Nous sommes heureux de t’appartenir et de voir combien tu nous aimes d’un amour vrai, profond et sans limites.

Que ton nom soit par toute la terre célébré et que ta justice se manifeste, de jour en jour, pour tous ceux et celles qui t’aiment.  Amen.

 

La 2ème bougie de l'Avent

Depuis des millénaires l’Eglise, peuple de Dieu attend le retour de cet homme de Galilée qui déclarait : Je bâtirai mon Eglise et les portes de l’enfer ne pourront s’y opposer. De lieux en lieux où il passait, il faisait le bien, guérissait les malades, ressuscitait les morts, purifiait les lépreux et remettait les boiteux dans la bonne trajectoire.

Face à toutes les persécutions dans notre monde, les chrétiens de Syrie, d'Irak, et de nombreux autres pays s'interrogent. "Quand viendra-t-il libérer l’Eglise persécutée du joug de l’Islam intégriste ?   Quand leur calvaire finira-t-il ?"

Autour de nous, nous découvrons beaucoup de gens insatisfaits, et souvent sans espérance et toujours plus dans la revendication. Plus de paie, moins d'heure de travail, et ce même s'ils ont un niveau de vie matérielle confortable. L'Evangile de ce dimanche nous dit à toutes et tous par où passe le chemin du bonheur.

 

Mathieu 3 :1 à 12

1 En ce temps-là, Jean-Baptiste parut dans le désert de Judée et se mit à prêcher

2 « Changez de comportement, disait-il, car le Royaume des cieux s’est approché ! »

3 Jean est celui dont le prophète Ésaïe a parlé lorsqu’il a dit : Un homme crie dans le désert : « Préparez le chemin du Seigneur, faites-lui des sentiers bien droits ! »

4 Le vêtement de Jean était fait de poils de chameau et il portait une ceinture de cuir autour de la taille; il mangeait des sauterelles et du miel sauvage.

5 Les habitants de Jérusalem, de toute la Judée et de toute la région voisine de la rivière, le Jourdain, allaient à lui.

6 Ils confessaient publiquement leurs péchés et Jean les baptisait dans le Jourdain.

7 Jean vit que beaucoup de Pharisiens et de Sadducéens venaient à lui pour être baptisés ; il leur dit alors : « Bande de serpents ! Qui vous a enseigné à vouloir échapper au jugement de Dieu, qui est proche ?

8 Montrez par des actes que vous avez changé de mentalité

9 et ne pensez pas qu’il suffit de dire en vous-mêmes : Abraham est notre ancêtre. Car je vous déclare que Dieu peut utiliser les pierres que voici pour en faire des descendants d’Abraham !

10 La hache est déjà prête à couper les arbres à la racine : tout arbre qui ne produit pas de bons fruits va être coupé et jeté au feu.

11 Moi, je vous baptise avec de l’eau pour montrer que vous changez de comportement ; mais celui qui vient après moi vous baptisera avec le Saint-Esprit et avec du feu. Il est plus puissant que moi : je ne suis pas même digne d’enlever ses chaussures.

12 Il tient en sa main la pelle à vanner et séparera le grain de la paille. Il amassera son grain dans le grenier, mais il brûlera la paille dans un feu qui ne s’éteint jamais. »

 

Commentaire

Aviez-vous déjà réalisé que l’histoire chrétienne commence par un cri, et une proclamation. Le cri d’un homme qui se nourrit de sauterelles et de miel sauvage. Le cri d’un homme qui s’est adapté au désert et qui porte un costume B.C.B.G. poils de chameau et ceinture de cuir et sandales aux pieds. On aimerait bien l’identifier. Ses vêtements en disent plus qu’il n’en faut, soyez en certains, c’est un prophète. Il porte le même vêtement que le prophète Élie. (2 Rois 1:8)

Et son cri résonne bien comme une affirmation et un appel. "Convertissez-vous, car le Royaume des Cieux est tout proche."

Vous avez bien entendu, il déclare que le Royaume des cieux est proche. Cette longue attente du peuple d’Israël serait-elle sur le point de se combler ? Oui, mes amis, un rejeton de la vieille souche de David va jaillir, un rameau, une espérance folle est en train de naître. Celui que l’on attend depuis si longtemps va juger les petits avec justice et faire disparaître les méchants.

Dieu arrive sur le chemin des hommes affirme Jean Baptiste mais il ne dit pas pour l'occasion devenez des pratiquants de la religion.

Il ne dit pas faites des efforts pour devenir meilleur. Il dit convertissez-vous. Cela signifie devenez tout autre. 

- En posant sur soi même un jugement.

- En acceptant de nous regarder devant Dieu.

- On ne se considérant plus comme seul maître de notre être et de notre vie.

- En produisant un retournement de notre mentalité. C'est-à-dire au lieu de ramener toute chose à nos manières de voir et de penser, regardons vers le Seigneur pour l’interroger et suivre son regard à lui.

Ainsi la grande loi de la vie chrétienne consiste à éclairer par l’Évangile nos pensées et nos actes.

Qui, dans sa vie n’a pas été, par exemple, l’objet de procédés ou de décisions qu’il estime injustes ? L’Évangile ne dit pas qu’il faut accepter passivement l’injustice au contraire il demande de lutter sans ressentiment et sans haine.

Plus que cela, il demande même d'aimer et de prier pour les ennemis. (Matthieu 5:44)  "Mais moi, je vous dis: Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent." (Romains 12:20)  "Si ton ennemi a faim, donne-lui à manger; s’il a soif, donne-lui à boire; car en agissant ainsi, ce sont des charbons ardents que tu amasseras sur sa tête."

Le chrétien qui accepte cet éclairage de l’Évangile approfondit d’abord sa qualité de chrétien, puis, comprend mieux le Christ qui a affronté la calomnie, l’injustice. Il le voit lutter pour la gloire du Père, pour le salut de ses disciples et prier pour ses ennemis.

Le Christ giflé réagit et demande à celui qui le frappe : pourquoi me frappes-tu ? Ensuite, il s’en tient au silence

Vous le savez bien, le disciple n’est pas plus que son maître. Il doit lutter pour la justice jusqu'au bout de ses forces, et de ses moyens mais à l’intérieur de cette lutte, il doit être vigilant pour ne pas blesser l’amour.

Cela suppose une très grande force intérieure, mais n’est-ce pas Dieu qui la donne pour vivre ainsi. La conversion évangélique c'est la décision d'accepter la lumière de l’Évangile, sur son âme et sur sa conscience pour agir dans la lumière.  

Jean Baptiste, s'adressant aux pharisiens et aux sadducéens leur dit : "produisez donc un fruit qui exprime votre conversion."

Nous le savons par expérience l’Évangile n’est pas facile à pratiquer, et pourtant il nous est demandé, tout au long de notre existence, de produire dans notre vie une harmonie entre nos paroles et nos actes.

 

Deux choses encore.

- L’une concerne le baptême que pratique Jean Baptiste

- L’autre concerne le baptême qu’apporte celui qui vient. 

Jean baptise dans l’eau. L’eau lave et purifie. Elle fait renaître. Son baptême est un baptême de pénitence, de purification, d’engagement à porter du fruit, à changer de mentalité.

Jésus vient baptiser du Saint-Esprit et de feu. On ne peut nier les effets destructeurs du feu. Par le feu l'or est purifié, le métal est purifié. Jésus vient donc pour purifier nos vies, et nous faire renaître de sa vie, et dans sa vie.

L’apôtre Paul écrivait que le salaire du péché c’est la mort, mais que le don gratuit de Dieu c’est la vie éternelle.  

 

Celui qui vient, arrive pour donner sa vie, mais avec lui vient aussi le jugement de Dieu. Tous les arbres (toutes vies) qui ne produisent pas de bons fruits sont coupés et jetés au feu. Avec lui se fait le nettoyage, le grain prend place dans le grenier, la paille est brûlée et le feu ne s’éteint point.

 

Que notre vie de croyant soit purifiée, afin de pouvoir prendre place dans le Royaume qui se prépare et surtout ne nous retranchons pas derrière le fait que nous sommes protestants, catholiques, orthodoxes  ou fils d’Abraham,  ces titres là ne peuvent pas nous garantir contre le feu qui ne s’éteint jamais. C’est Jean-Baptiste, le prophète de Dieu qui nous le dit.  

 

Frère jacques

Deuxième dimanche de l'Avent 2016

Commenter cet article