Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog



Les années passent et galopent dans les steppes de la vie. Et puis la vie s’arrête en chemin, et plus personne ne se souvient de vous… Mais ne dit-on pas que vos écrits restent.
J’ai retrouvé ce vieil écrit d’Albert Gauthier. L’homme s’en est allé le 22 août 1922. C’est une prière-poème, dans laquelle il exprime toute sa fragilité et toute son attente de ce jour qui vient parfois trop tôt...

 


 O toi, Seigneur Jésus dont la croix implacable

Fit couler sur ta face et le sang et les pleurs.

Toi qui ne connus pas la défaite coupable

Malgré les coups nombreux des ultimes douleurs.


Toi dont le nom béni désigne la victoire,

Le triomphe éclatant sur le péché, la mort,

Viens me rendre héritier de la divine gloire.

Comme-toi, je voudrais être vaillant et fort.

Viens prendre aussi la croix sous laquelle je tombe,

Car j’ai peur de rester au nombre des vaincus ;

J’ai peur que devant moi se prépare la tombe

Où viendront s’abîmer tous mes espoirs déçus.


Mais quel que soit le sceau qui marquera ma vie,

Enseigne-moi, Seigneur à ne point murmurer,

Donne-moi ton pardon, c’est tout ce que j’ai envie,

Jusqu’au jour où vers Toi, Tu me diras d’aller.


Frère Jacques

Partager cet article

Repost 0