Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Homélie/Prédication de frere Jacques

Lectures : Actes 6:1-7    Jean 14:1-12

——————————–

 

Actes 6:1-7

Dans ce chapitre du Livre des Actes des Apôtres, nous voici plongés au coeur de la jeune Eglise chrétienne de Jérusalem. En pleine croissance, elle va devoir affronter des difficultés internes. Pour bien comprendre ce qui se passe, il faut savoir que cette jeune Église est composée de deux groupes :  des Hellénistes et des Hébreux.

 

Les Hellénistes - ce sont des Juifs émigrés hors d’Israël et qui sont de retour au pays. Ils parlent le grec.

 

les Hébreux - ce sont les Juifs d’Israël, ce groupe parle l'araméen.

 

Parmi ces deux groupes (les Hellénistes et les Hébreux) il y a beaucoup de veuves qui ont besoins d'être secourues. A l’époque, les services sociaux que nous connaissons aujourd’hui n’existaient pas. Donc pas de mutuelle, pas d’allocations familiales, pas d’allocations chômage, ni de caisses de pension. Hélas, cette situation persiste encore aujourd’hui dans de nombreux pays.

 

Amis chômeurs, c’est vrai que ce n’est pas facile de vivre avec seulement pour revenus les allocations chômage.

Amis retraités, as-tu déjà réfléchi à ce que serait ta vie après toutes tes années de travail sans le versement mensuel de ta pension ?

 

Que dire encore à propos de tous ceux et celles qui souffrent de telle ou telle maladie et qui jouissent d’un accès aux médicaments, aux multiples soins de santé ? Vous est-il déjà arrivé de remercier Dieu pour toutes ces aides qui vous environnent et auxquelles vous et moi avons pratiquement tous accès. Peut-être que vous n’y avez-vous jamais pensé, parce que vous considérez toutes ces aides comme un droit, une obligation pour tout état qui se respecte ?

 

Ne serait-il pas temps d’emprunter ce chemin de la prière reconnaissante ou de demander à Dieu de nous permettre de conserver tous ces éléments qui nous offrent malgré tout une certaine qualité de vie, même si elle nous paraît trop souvent insuffisante.

 

Voilà sûrement, je n’en doute pas, de quoi donner un souffle nouveau à notre vie de prière. Un souffle de reconnaissance, un souffle qui demande la bénédiction, et la sagesse de Dieu dans la gestion de ces multiples aides sociales et sur leur avenir.

 

Après vous avoir exhorter à emprunter ce chemin d’une prière reconnaissante, retrouvons cette jeune église de Jérusalem impliquée jusqu’au cou dans le problème social qui vient d’éclater en son sein.

 

On pourrait se demander pourquoi les veuves juives revenues à Jérusalem ne sont pas traitées sur le même pied d'égalité que les autres veuves restées au pays ? Le texte biblique ne répond pas à cette question. Mais  pourquoi donc ce silence ?

Parce que, ce qui important, ce n’est pas le conflit interne, mais le chemin emprunter pour sortir de cette situation conflictuelle.

 

Lorsque, dans notre vie professionnelle, familiale, ecclésiale, relationnelle, tel soucis, ou conflit tente de nous envahir, savons-nous comment faire face à l’esprit de contestation, aux chamailleries, aux querelles sans fin qui viennent polluer ou détruire nos relations, et finir par briser de vieilles  amitiés ?

 

La jeune Église de Jérusalem nous donne ici, une grande leçon de vie.

 

Je vous propose de découvrir 10 aspects intéressants

de la manière dont elle va gérer la crise qui a éclaté en son sein.

 

1) Elle ne ferme pas les yeux sur les réalités quotidiennes.

Oui, elle ose s’avouer qu’il y a bien une source de conflit.

 

2) Elle ne tente pas de minimiser "l'affaire"

Non, pour elle ce n’est pas une petite affaire, et l’heure est grave.

 

3) Elle ne rejette pas la faute sur ceux qui ont assuré jusqu'ici l'aide sociale. 

Elle ne dit pas, c’est de leur faute, ni, ces gestionnaires sont des incapables.

 

4) Elle ne laisse pas pourrir la situation, mais prend l'initiative de convoquer l'assemblée du peuple pour chercher avec elle des solutions à la crise. 

Elle prend le problème à bras le corps, et ne se débine pas. Elle s’engage à rechercher des solutions.

 

5) Elle a parfaitement identifié le problème et reconnaît qu’il est  d'ordre institutionnel. En effet, le service d'aide aux veuves ne fonctionne pas comme il le devrait. L’Eglise fait preuve d’humilité et d’un grand courage.

 

6) L'institution religieuse fonctionne très démocratiquement. Ceux qui sont déjà engagés dans la proclamation de la Parole de Dieu annoncent qu'ils ne peuvent pas prendre sur leurs épaules la gestion de la caisse de secours des veuves, sous peine de ne plus remplir correctement leur propre mission.

 

La vérité du dialogue et la transparence vont ainsi conduire l'église hors de l’étau  qui se resserre sur elle. Sortir de la crise par le dialogue et la transparence. Je pense à tous ces couples devenus opaques l’un à l’autre, enfermés dans un silence destructeur et mortel.

 

7) Les conducteurs de l'Église peuvent désormais faire des propositions constructives et pleines de sagesse.

L’assemblée est invitée à choisir, en son sein, sept hommes répondant aux trois critères de sélection suivants :

a) avoir un bon témoignage au sein de l'Église.

b) être rempli de l'Esprit Saint.

c) être rempli de sagesse.

 

8) L’assemblée des croyants se prononce et accepte les propositions qui lui sont faites. Nous avons ici une preuve de maturité et une capacité à dialoguer afin d’arriver à des solutions vraies et durables.

 

9) Elle procède à l'élection de ces sept hommes.

Le résultat de l’élection est frappant car les noms des 7 élus semblent nous révéler qu'ils sont tous Hellénistes.

Ce vote témoigne que l'Esprit de sagesse anime toute la vie de l'Église.

 

Mais qu’est-ce que la sagesse ?

Sinon une série d’invitations : prudence, précaution, discernement, intelligence, réflexion, modération, discrétion, pondération, diplomatie, bonne conduite, maturité.

 

Ainsi, en ne désignant pas parmi les sept élus un membre du groupe des Hébreux, cette Église renouvelle l'unité qui règne en son sein et témoigne la confiance totale qu'elle accorde à ses chrétiens Hellénistes. Il faut du courage et de l'audace pour agir ainsi. Cela ne devient possible que si on accorde toute la place au Dieu Vivant au sein de l’Église.

 

10) Enfin, l'Église de Jérusalem présente aux apôtres ceux qu'elle a choisis  (v 6)

Ce geste porte en lui une grandeur d'âme exceptionnelle au sein de la communauté chrétienne de Jérusalem. Il signifie : "Est-ce que vous les apôtres vous êtes d'accord avec notre décision, avec notre choix ? "

 

Quelle belle réponse que celle donnée par les apôtres à leur Église et quel témoignage d'amour et de soumission face à la décision de leurs frères. Ils prient et ils imposent les mains à leurs sept frères qui viennent d'être élus. Leur prière est celle qui les recommande à la grâce de Dieu.

 

Si l’'imposition des mains est la reconnaissance et l'installation officielle dans leur charge  au sein de l’Église, elle leur confère une certaine autorité, et elle sollicite la bienveillance et le respect de l’Assemblée.

 

L'Évangile de Jean que nous avons lu ce matin nous a dit : "Que votre coeur ne se trouble pas, croyez en Dieu, croyez en Jésus. Ne laissons pas notre coeur se troubler par tout ce qui nous environne quotidiennement, mais plaçons notre confiance dans ce Dieu Vivant qui désire, jour après jour, nous accompagner sur nos chemins de vie.

 

Jésus disait encore :

"Je m'en vais vous préparer une place. Je suis le chemin, la vérité la vie" L'Église de Jérusalem n'a pas laissé le trouble ni l'adversité la gagner. Elle a pris le chemin de la vérité et de la vie.

Elle a placé toute sa confiance dans celui qui dit : "Je vais vous préparer une place, car là où je suis vous y serez aussi."

 

La place que Dieu prépare n'est pas seulement dans un futur proche ou lointain, ou seulement pour le ciel mais cette place s’incarne dans l'aujourd'hui de Dieu, dans l’instant présent.  Ne perdons jamais cela de vue !

 

Mais, sur terre, qu’elle est donc cette place que Dieu prépare ?

C’est ce lieu où

· La Parole de Dieu se répand de plus en plus.

· où le nombre des disciples augmente beaucoup.

· C’est le lieu de l'obéissance à la foi.

· C’est un lieu plein de grâce et de puissance, Dieu agit parmi son peuple.

· C’est là où dialogue et prière cheminent ensemble pour rendre possible l’impossible, créer ou recréer l’unité perdue.

 

Que l’exemple de cette jeune communauté de Jérusalem contribue à nous rappeler, au sein de nos existences, familiales, professionnelles, ecclésiales parfois tumultueuses que lorsqu’une communauté chrétienne, une famille, une société, une nation donnent la main à l’Esprit Saint et à l’Esprit de Sagesse chacun retrouve le lieu de son unité cette place que Dieu lui a préparée au sein de ce monde qui a tant besoin de guérison.

 

Tag(s) : #homélies-prédication frere jacques