Il était une fois... une foi qui se décline sous plusieurs couleurs

Le Bon Berger, méditation de Frère Jacques

7 Mai 2012, 20:50pm

Publié par frère jacques

Le Bon Berger – Homélie de Frère Jacques

Lectures :  Psaume 23   Actes 4:8-12 1 Jean 3:1-2  Jean 10:11-18

"Je suis le Bon Berger. Le Bon Berger donne sa vie pour ses brebis. Mais le mercenaire, qui n'est pas le berger  et à qui n'appartiennent pas les brebis, voit venir le loup, abandonne les brebis et prend la fuite, et le loup les ravit. Il disperse le troupeau. Le mercenaire s'enfuit, parce qu'il est mercenaire et qu'il ne se soucie pas des brebis. Je suis le Bon Berger. " (v 11-13)

 

Je vous propos un petit jeu pour cette semaine.  Si vous avez des enfants, ou des petits-enfants, je vous propose de parcourir avec eux les Evangiles pour y découvrir toutes sortes d’animaux.

 

En effet, les évangiles nous parlent de vipère, de chien, de coq, de renard, d’âne, d’ânon, de corbeau, de moucheron, de chameau, de pourceau, de passereau, de colombe, d’aigle. Il est même question d’un papillon destructeur. ( Teigne   Job 13.28; Mt 6.19; Jac 5.2 se nourrit de laine, de grains, de pelleteries. Esaïe 51.8 La larve s’enveloppe d’un fourreau de laine Job 27.18 d’où sa tête émerge pour ronger. Dans la Bible, il s’agit de la teigne des étoffes (tinea); il en existe plusieurs espèces.)

L'Evangile est lui aussi très intéressant, car il nous fait découvrir deux espèces d’animaux : des brebis, et un loup.

Il y a aussi deux personnages : l'un est berger, l'autre est mercenaire.

L'un est bon, l'autre mauvais.

L'un est gardien, l'autre est brigand.

Le bon entre par la porte,

l'autre escalade la clôture. (10:1)

Le bon est berger risque sa vie quand le danger menace le troupeau. Et s’il doit se sacrifier, il n'hésite pas un instant et va jusqu'au bout de lui-même.

Quant au mauvais, il est décrit comme étant un mercenaire. Lui, il ne se casse pas la tête. Il se préoccupe de lui-même et cherche son avantage. Il assure sa propre sécurité et quand le danger menace le troupeau qui lui a été confié, il se fait fuyard. Il n'engage pas sa vie pour les autres, mais il sacrifie les autres.

Par ce prêche Jésus désigne clairement les autorités religieuses de son époque. C’est-à-dire : les Scribes, les Pharisiens, et les Saducéens. Les pharisiens étaient chargés de veiller sur le troupeau d'Israël. Hors, voici que le troupeau, dont-ils avaient la charge, est devenu un troupeau errant et languissant, sans berger, sans guide.

Écoutons maintenant la recommandation que l'apôtre Paul adresse à ses frères d'Éphèse lorsqu'il prend congé d'eux. "Prenez garde à vous-mêmes, et à tout le troupeau sur lequel le Saint-Esprit vous a établis évêques (surveillants) pour paître l'Église de Dieu, qu'il s'est acquise par son propre sang. Je sais qu'il s'introduira parmi vous, après mon départ, des loups cruels qui n'épargneront pas le troupeau. Il s'élèvera du milieu de vous des hommes qui enseigneront des choses pernicieuses, pour entraîner les disciples après eux. 

Veillez donc, … et maintenant je vous recommande à Dieu et à la Parole de Sa Grâce, à Celui qui peut édifier et donner l'héritage avec tous les sanctifiés. »  Actes 20:28-32

J’aime cette exhortation de l’Apôtre aux chrétiens d’Ephèse. Elle sonne comme une véritable prophétie. Si elle s’inspire de l’enseignement de l’Evangile on observera ici que le troupeau est menacé par des loups cruels et sans pitié, qui n’épargneront pas le troupeau. 

Ces loups ont deux origines. Ils y a ceux qui sont à l’intérieur du troupeau, et ceux qui s’introduisent dans le troupeau. Ces derniers se reconnaîtront à leur enseignement pernicieux qu’ils propageront.  La vigilance est donc de mise et ici, il est utile de se rappeler que c’est le Saint-Esprit qui établis les évêques (les surveillants) dont la mission est de paître cette Eglise, propriété de Dieu, acquise au prix de sa vie donnée.

Revenons à l’Evangile de Jean

Il y a même deux bergeries (v16) Donc deux troupeaux de brebis. Celui où les brebis connaissent et reconnaissent immédiatement la voix du berger, et le troupeau à qui le berger veut se faire connaître. (v 14, 16)

Qui pourraient représenter  ces deux troupeaux ?

Le v 15 parle de mes brebis. Cela semble bien désigner le "Troupeau d'Israël".

Le second troupeau est représenté par toutes les nations. Réunir Israël et les nations voilà le grand projet de Dieu. Un projet audacieux,… fou ?

Le projet du diable, lui, est de dresser les nations contre Israël et de détruire le troupeau de Dieu. Notre monde n’est-il pas toujours en quête d'un berger pour gérer la crise économique, sociale, politique, judiciaire, scolaire ? Les hommes finissent par découvrir que les pâturages où ils ont été conduits sont secs, et arides. L'humanité a perdu sa cohésion. Il y règne en son sein, le chacun pour soi, cet individualisme exacerbé. Les brebis humaines ont été dispersées au passage des loups diviseurs et ravageurs.

Y-a-t-il un avenir ? 

L'apôtre Jean nous entrouvre la porte de l'avenir. Voici, il annonce une nouvelle extraordinaire et incroyable : Le Bon Berger "Réunira en un seul corps les enfants de Dieu dispersés". (Jean 11:52) 

Jean 17:21 "Ils recevront la gloire de Dieu pour ne plus être qu'un, comme le Père et le Fils ne font plus qu'un." Quand les brebis auront compris qui est celui qui incarne le véritable amour de Dieu et qui fait don de sa vie pour les sauver,  il n'y aura plus qu'un seul berger, qu'une seule bergerie, qu'un seul troupeau. Quand tous les chrétiens désireront la gloire de Dieu, le miracle de l'unité s'accomplira. 

Je suis le Bon Berger disait Jésus.

1) Jésus donne Sa vie.

v 11 Le Bon Berger donne sa vie pour ses brebis. Je donne ma vie pour mes brebis (v17) Je la donne volontairement. (18) dit-il.

2) La brebis croit dans cette vie donnée par le Christ Elle la reçoit et par cette vie elle (la brebis) entre dans la vie éternelle (Jean 3:15) celle qui ne périt jamais. (Jean 3:16)

3) La brebis adore en Esprit et en Vérité le Père qui a donné le Bon Berger (Jean 4:23,24   Le Père céleste attend en retour notre amour et notre reconnaissance pour le don du Berger, Bon et Fidèle jusqu'à en mourir pour que nous puissions être sauvés.

4) La brebis ressuscite au dernier jour.  (relire Jean 6:39, 40,44, 54)

Jean 8:47 Celui qui est de Dieu écoute les paroles de Dieu. Celui qui n'écoute pas n'est pas de Dieu.

Jean 18:37 Quiconque est de la vérité écoute ma voix disait Jésus à Pilate.

Jean 3:21 Celui qui agit selon la vérité vient à la lumière.

Etre de Dieu – Etre de la vérité – agir selon la vérité  - venir à la lumière, voilà de quoi réfléchir pour cette semaine.

Je terminerai par une parole extraite de l'Apocalypse  de Jean chapitre 7:9 

« Je regardai, et voici, il y avait une grande foule, que personne ne pouvait compter, de toute nation, de toute tribu, de toute langue. - Ils se tenaient devant le trône et devant l'Agneau, revêtus de robes blanches. - Ils avaient des palmes à la main. -Ils criaient d'une voix forte en disant : Le salut est à notre Dieu qui est assis sur le trône, et à l'Agneau… v 12 et tous disaient  Amen ! La louange, la gloire, la sagesse, l'action de grâces, l'honneur, la puissance, et la force, sont à notre Dieu, aux siècles des siècles. »

Sera-tu là aussi pour le chanter ?

Viens donc prendre place dans le troupeau du Bon Berger qui t'appelle à entrer dans sa bergerie, à vivre de sa vérité, dans sa lumière.

Frère Jacques

Voir les commentaires

Il n'a pas été abandonné...

7 Avril 2012, 17:51pm

Publié par frère jacques

 escalier penombreJPG

 

Gloire à Toi, Père Tout-Puissant,

Dieu vivant, et Immortel,

Créateur de toutes choses.

Tu nous combles de joies

car Tu es venu nous dire

que Ton Fils Jésus-Christ

n’a pas été abandonné dans le tombeau.

Tu l’as ressuscité d’entre les morts. 

 

Gloire à Toi, Fils de Dieu,

Tu es le Véritable Agneau de la Pâque,

offert en sacrifice pour le péché du monde. 

Par Ta mort, Tu as détruit notre mort.

Par Ta résurrection, Tu nous as rendu la lumière et la vie

Par Toi nos corps mortels revêtiront un jour l’immortalité.

 

Gloire à Toi, Saint-Esprit,

dont la puissance nous fait mourir

à notre vie de péché,

et nous ressuscite avec Christ pour la vie éternelle.

 

Christ Ressuscité, 

nous louons ta suprême majesté

et nous célébrons ta victoire sur la mort. 

Amen. 

 

 

 

Voir les commentaires

Espérance quand la mort a frappé

17 Mars 2012, 14:16pm

Publié par frère jacques

 

Seigneur, ma vie s'égrène jour après jour,

 heure après heure, minute après minute.

 Parfois, elle va si vite

 que je ne vois pas le temps passer.

 

 D'autres fois, je me languis d'ennui

 et je ne sais pas à quoi m'occuper.

 Dans les heures de désoeuvrement

 comme de grande action,

 que je ne t'oublie jamais.

 

 Que je me souvienne

 que tu es toujours avec moi,

 que tu t'intéresses à tout ce que je fais,

 à tout ce que je dis,

 à tout ce que je suis.

 

 Que je me rappelle constamment

 que tu es un merveilleux compagnon de voyage,  

 que tu me tiens la main jusqu'au bout du chemin.

 

Et surtout, que je ne te quitte pas

 et que j'aie le réflexe de te chercher sans cesse

 s'il arrivait que je te perde de vue.

 

Que je vive en toi chaque instant de ma vie

comme tu vis en moi,

 jusqu'à ce que nous soyons réunis pour toujours.

 

Amen.

 

Jules BEAULAC, Confiance, Médiaspaul 1999.

 

 

 

 

tulipes-341.jpg

Voir les commentaires

Nous avons vu les pas... et fleurir nos déserts... danser les malheureux...

15 Mars 2012, 21:41pm

Publié par frère jacques


 1. Nous avons vu les pas de notre Dieu
Croiser les pas des hommes.
Nous avons vu brûler comme un grand feu
Pour la joie de tous les pauvres.

 2. Nous avons vu fleurir dans nos déserts
Les fleurs de la tendresse,
Nous avons vu briller sur l'univers
l'aube d'une paix nouvelle.

3. Nous avons vu danser les malheureux
Comme au jour de la fête.
Nous avons vu renaître au fond des yeux
L'espérance déjà morte.

4. Nous avons vu le riche s'en aller
Le coeur et les mains vides.
Nous avons vu le pauvre se lever
Le regard plein de lumière.

 

Refrain:
Reviendra-t-il marcher sur nos chemins,
changer nos coeurs de pierre ?
Reviendra-t-il semer au creux des mains
l'amour et la lumière
.

 

Source Eglises Romandes

Suisse  Vitrail 180

Auteur Joel Wildi

 

 

chemin 065

 

Voir les commentaires

Une nouvelle qui se répand...

18 Février 2012, 18:06pm

Publié par frère jacques

Marc 2.1 à 12

 

1 Jésus était de retour à Capharnaüm, et la nouvelle se répandit qu'il était à la maison.

2 Tant de monde s'y rassembla qu'il n'y avait plus de place, même devant la porte. Jésus leur annonçait la Parole.

3 Arrivent des gens qui lui amènent un paralysé, porté par quatre hommes.

4 Comme ils ne peuvent l'approcher à cause de la foule, ils découvrent le toit au-dessus de Jésus, font une ouverture, et descendent le brancard sur lequel était couché le paralysé.

 

5 Voyant leur foi, Jésus dit au paralysé : « Mon fils, tes péchés sont pardonnés. »

6 Or, il y avait dans l'assistance quelques scribes qui raisonnaient en eux-mêmes :

7 « Pourquoi cet homme parle-t-il ainsi ?  Il blasphème. Qui donc peut pardonner les péchés, sinon Dieu seul ? »

8 Saisissant aussitôt dans son esprit les raisonnements qu'ils faisaient, Jésus leur dit : « Pourquoi tenir de tels raisonnements ?

9 Qu'est-ce qui est le plus facile ?  De dire au paralysé : Tes péchés sont pardonnés, ou bien de dire :

Lève-toi, prends ton brancard et marche ?

10 Eh bien ! Pour que vous sachiez que le Fils de l'homme a le pouvoir de pardonner les péchés sur la terre,

11 Je te l'ordonne, (dit-il au paralysé), lève-toi, prends ton brancard et rentre chez toi. »

12 L'homme se leva, prit aussitôt son brancard, et sortit devant tout le monde. Tous étaient stupéfaits

et rendaient gloire à Dieu, en disant : « Nous n'avons jamais rien vu de pareil. »

(voir l'homélie de frère Jacques sur ce texte dans cette rubrique.



Voir les commentaires

Sur la vie et dans le coeur, un plongeon qui en dit long !

18 Février 2012, 17:53pm

Publié par frère jacques

En ce dimanche 19 févrirer 2012

Evangile de Marc : 2.1 à 12 (tu peux lire le récit de l’Evangile dans la rubrique : Evangile de ce dimanche.

 

Jésus est de retour à Capernaüm. L'Evangile nous dit qu'il est à la maison. (Peut-être la maison de Pierre et d'André). Mais voilà, la foule, elle aussi, est de retour. Le bouche à oreille à tellement bien fonctionné qu’une foule de personnes s’est massivement rassemblée et les gens occupent maintenant tout l'espace devant la porte.

 

Il ne fait aucun doute, ces gens sont venus pour voir du "miracle" du "sensationnel" du "merveilleux".  Entre-nous, qu’es-tu venu voir ou chercher ce matin à l’Eglise ? Tu sais pour Jésus, la chose essentielle n'est pas de faire du merveilleux, de produire du miracle, mais d'annoncer la Parole de Dieu.

 

Qu'est-ce qui pour toi est essentiel dans la vie ? Voir du miracle ou entendre la Parole du Seigneur ? Le miracle nous en met plein les yeux, la Parole nous en met plein le cœur.

 

Commentaire de l’Evangile :  

Il y a quelques jours, après le coucher du soleil, toute la ville de Capernaüm s'était déjà rassemblée devant la même maison. On avait amené à Jésus de nombreux malades et des démoniaques. Tous avaient été guéris de diverses maladies et les possédés libérés. Mais voilà… j'ai envie de dire que ce fameux soir quelqu'un a peut-être été oublié, ou laissé pour compte. Personne n'avait pensé à cet homme handicapé, paralysé et grabataire. Allait-il rester avec son handicap, sa paralysie ? 

 

Que Dieu nous aide à ne pas oublier ceux qui pourraient avoir besoin de notre aide. Soyons vigilants sur tout ce qui se passe autour de nous. Heureusement, pour le paralytique, Jésus est revenu dans la ville. Imaginez un instant qu'il ne soit jamais revenu et que le paralytique se soit toi !

 

Quel bonheur, pour ce paralysé, quatre hommes viennent le chercher pour le conduire à Jésus.

Qui sont-ils ? Serait-ce les quatre premiers disciples que Jésus a choisis ? Je ne sais.

Mais je sais que lorsque ces hommes arrivent, avec le paralytique porté sur un brancard un obstacle se dresse devant eux.  Jésus est inaccessible. On ne peut s'en approcher car il y a trop de monde présent à l’intérieur et à l’extérieur de la maison. Qu'à cela ne tienne, ils sont résolus à vaincre tous les obstacles.

 

Et toi es-tu résolu à vaincre les obstacles qui se dressent si souvent devant toi pour t’empêcher d’avancer dans la vie ?

Animés par un souffle audacieux, les porteurs hissent le paralytique sur le toit et créent une ouverture dans la toiture, seul moyen pour accéder à Jésus. Rien ne les arrête; ni les reproches qu’on pourrait leur faire, ni même ce qu’on pensera d’eux. Quelle belle ardeur et quelle belle unité chez les porteurs du paralytique !

 

Comme ces porteurs, ne te laisse pas arrêter dans ta marche chrétienne, ni dans l'expression de ta foi, ou de ton engagement.

 

L’Evangile te dit : Ils descendirent, par cette ouverture, le lit sur lequel reposait le paralytique.  Jésus vit leur foi. On se serait attendu à ce que Jésus leur fasse des réprimandes. Allons les amis, vous y allez un peu trop fort. Ne trouvez-vous pas que cette fois vous exagérez ?  Vous n’êtes pas chez vous ici !

 

C’est que Jésus ne regarde pas au trou dans la toiture, il regarde par le trou les quatre brancardiers qui tiennent les cordages. Puis son regard pénètre leur cœur il trouve une foi vivante chez ces hommes qui se sont donnés tant de peine.

 

Je réfléchis un instant sur ma vie. Est-ce que je me donne de la peine, ou est-ce que je laisse aller les choses, abandonnant dès les premiers obstacles qui se dressent devant moi ? Suis-je un persévérant ? Un audacieux ?

 

L’écrivain de nombreuses fables, Jean De la Fontaine, met en scène un laboureur qui sentant la mort venir a réuni autour de lui tous ses enfants. Travaillez, leur dit-il, prenez de la peine, dans le champ il y a un trésor caché.

 

Jésus, lui, parle de prendre sa croix, et de le suivre. L’auteur de l’Epître aux Hébreux nous conseille de ne pas regarder en arrière, mais de fixer les yeux sur Jésus. L’apôtre Paul à Timothée demande de supporter l’épreuve vaillamment afin d’obtenir la couronne de vie, le moment venu.

 

Jésus se tourne maintenant vers le paralytique. Et surprise, alors qu'on s'attend à un miracle, Jésus plonge d’abord son regard dans le coeur de ce paralytique. Puis il prend la parole et déclare : Mon enfant, tes péchés sont pardonnés.

 

Connais-tu ce texte biblique qui déclare : A quoi servirait-il à un homme de gagner le monde entier, s’il perdait son âme.  Alors, à quoi servirait-il à cet homme de gagner la guérison, s’il perdait son âme. La principale mission de Jésus n’est-elle de faire connaître son Père, et de pardonner les péchés.

 

Sur les rives du Jourdain, le prophète Jean-Baptiste n’annonce pas la venue d’un guérisseur, mais bien de l’Agneau de Dieu qui ôte les péchés du monde.

 

Les scribes qui ont assisté à la scène sont choqués par les paroles prononcées par Jésus. En effet,  pour eux, il n'y a que Dieu qui a le pouvoir de pardonner les péchés. Pour eux Jésus est un blasphémateur.

Mais ne leur jetons pas la pierre. Si un brave un chrétien évangélique et quelque peu intégriste avait assisté à cette scène je m’imagine qu’il aurait dit à Jésus : Seigneur, il n'a pas fait l'aveu de ses péchés, il n’a même pas fait une demande globale de pardon. Et tu lui pardonnes ! Ce n’est pas juste. Et puis, Seigneur, ce n'est pas de pardon que cet homme a besoin, mais de guérison.

 

Il nous faut tous apprendre que Dieu n'est pas lié aux attentes et aux demandes des hommes. Il reste libre de donner selon sa mesure à lui, gratuitement, sans aucun mérite de notre part.

 

Je constate aussi que pendant tout le temps que les détracteurs discutent avec Jésus, le paralysé reste toujours dans sa paralysie. Leurs discutions ne font que retarder le temps de la guérison de cet homme paralysé.

 

Seigneur, que je ne sois pas un homme ou une femme qui par mes vaines discussions retardent ton oeuvre.

 

Amis lecteurs, quand tu te retrouves dans une situation de souffrance tu supplie Dieu de de délivrer pour constater bien souvent que les choses restent parfois comme elles sont. Apprends à ne pas regarder uniquement à l’aspect visible des choses. Regardes les événements de la vie avec les yeux de Dieu qui, lui, regarde au-delà du visible.

 

L’Apôtre Paul déclare : nous regardons, non point aux choses visibles, mais à celles qui sont invisibles car les choses visibles sont passagères, et les invisibles sont éternelles. (2 Corinthiens 4:18)  

Si tu te trompes de regard, tu sera tenté de penser que Dieu ne t’a pas exaucé.

 

Et pourtant si tu regardes au niveau de la foi (elle fait voir l'invisible Hébreux 11:1) tout est déjà changé. Mais à l'intérieur.

 

Dans le cœur des scribes assis dans la maison, Jésus plonge maintenant ses regards et il révèle les pensées de leurs cœurs. Voilà ce qui lui fait dire : "Est-il plus facile de dire au paralysé : Tes péchés sont pardonnés, ou de lui dire : Lève-toi, prends ton lit, et marche ? Or afin que vous sachiez que le Fils de l'homme à sur la terre le pouvoir de pardonner les péchés, je te l'ordonne prends ton lit  et va dans ta maison." Le regard posé sur le paralytique debout, prenant son lit et rentrant chez lui aurait dû amener les scribes à réviser leur jugement au sujet de Jésus. Ils auraient dû se rendre compte que Dieu ne désavoue pas Jésus quand il affirme que le Fils de 'homme a autorité pour pardonner les péchés. Ils n’ont rien compris, parce qu’ils sont restés prisonniers de leur vérité. La foule, qu’en à elle, est stupéfaite et ne peut que donner gloire à Dieu. Elle n'a jamais rien vu de pareil.

 

Moi, je rends gloire à Dieu, pour tout ce que ces deux premiers chapitres de l’Evangile de Marc m’ont déjà révélé sur Jésus. Car Jésus est un croyant qui vit sa relation avec Dieu son Père, je le vois à la Synagogue visiter les croyants et vivre sa foi. Je le retrouve dans la famille guérissant une belle-mère.  Je découvre son autorité sur les démons, il les chasse. Jésus manifeste aussi son autorité sur toutes les maladies, il libère et redonne la santé. Et aujourd’hui, il manifeste son autorité sur les péchés. Il les fait disparaître dans son pardon. Il a autorité sur toute paralysie, mais c'est à chacun de se laisser relever afin de reprendre son "lit" et de réintégrer son "chez-soi".

 

Faisons, toi et moi, aussi très attention car notre regard sur Jésus peut vite se déformer sous l'influence ou l'emprise de ses adversaires qui euc le perçoivent comme un blasphémateur, comme un usurpateur qui prend la place de Dieu.  Heureux ceux qui portent un juste regard sur les humains.

Et pour ceux qui sont curieux de ce qui est arrivé après cet épisode, du pardon des péchés et du paralytique qui rentre chez-lui, voici que Jésus s’en va lui, sur un nouveau chemin, celui des gens de mauvaise vie.

 

As-tu compris pourquoi j’ai choisi ce titre choc pour l’Evangile de ce dimanche ?  C’est qu’aujourd’hui, le  Fils de l’homme plonge dans le coeur des hommes. Il y découvre chez les uns, la foi, chez d’autres les péchés, chez d’autres encore les pensées et de faux raisonnements.

 

Attention, Jésus plonge ce matin son regard sur ta vie, et dans ton coeur.  Que va-t-il y découvrir ? Voilà la question à laquelle je t’invite à réfléchir. Si tu prends l’engagement de vivre cette semaine ta vie de témoin du Christ, n’oublie pas de conduire à Jésus un pécheur qui a besoin de pardon, afin qu’il soit rendu capable de reprendre sa vie en main. Bon courage dans ta marche ou dans la reprise en main de ta vie.

 

Frère Jacques

Voir les commentaires

Que... afin que...

23 Janvier 2012, 21:55pm

Publié par frère jacques

Que le Dieu de l’Espérance 

vous remplisse de toute joie et de toute paix,

dans la foi,

afin que vous soyez

plein d’espérance par la puissance du Saint-Esprit

Epître aux Romains 15:13

 escalier-penombreJPG.jpg

Voir les commentaires

Je ne t’abandonnerai pas...

31 Décembre 2011, 21:25pm

Publié par frère jacques

 

  coup-de-coeur.jpg

 

Daigne, dans ta grande faveur,

Abaisser sur moi, mon Sauveur,

Le regard de ta face.

De ton amour pénètre-moi,

Et dans mon coeur, ô Divin Roi !

Prends la première place.

 

Dans mes périls tends-moi la main ;

Soutien-moi dans mon long chemin

Par la douce espérance,

Pour élever mon coeur aux cieux,

Fais toujours briller à mes yeux

Ta sainte délivrance.

 

Qu’ainsi j’approche chaque jour

Du saint et bienheureux séjour

Où resplendit ta gloire,

Où ta main veut me couronner,

Où tes saints pourront entonner

Le chant de la victoire.

 

O Dieu ! Ne m’abandonne pas ;

C’est ici le temps des combats ;

Je suis faible et sans armes,

Seigneur, rends-moi victorieux ;

Délivre-moi, du haut des cieux,

De toutes mes alarmes.

 

(Cantiques Populaires année1882)

 

Voir les commentaires

lI y a toujours un espoir pour toi, l'internaute...

31 Décembre 2011, 20:54pm

Publié par frère jacques

    chemin-065.jpg

     

Au plus noir de la nuit

Une étoile

Dans l'impitoyable désert,

Une fleur

Il y a toujours un espoir…



Au plus fort de la tempête,

Un rocher

Au bord du terrible ravin,

Une touffe d'herbe.

Il y a toujours un espoir…



Dans le pire trou noir,

Une lueur.

Au plus profond de la solitude

Un regard, un vrai.

Il y a toujours un espoir…



Dans la plus immense tristesse,

Un chant, une musique

Au plus intense désespoir,

Une poignée de main,

Un bras sur une épaule

Il y a toujours un espoir…



Quand tout va basculer,

craquer, s'écrouler

Quand tu n'en peux plus

D'être seul, mal, malheureux

Il y a toujours un espoir…



Ouvre tes yeux, appelle,

crie, crie encore,

Il y a toujours un espoir…



Un regard, trois mots

Une main, un geste, authentiques

Un peu de chaleur,

tendresse, amour, écoute, accueil.

Il y a toujours un espoir



Pour renaître à ta vie

Laisse jaillir la Vraie Vie.



Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog